Organiser son arrivée #9

Voici plusieurs jours que je n’ai pas donné de nouvelles sur l’avancement de notre parenthèse Américaine ; s’occuper des enfants tout en préparant un départ, cela prend du temps… Surtout que nous recevons aussi Mami et Papi pour profiter ensemble quelques jours, pour mieux se retrouver dans un an.

Nous avons ENFIN un rendez-vous à l’Ambassade des Etats-Unis fin mai… pour un départ fin juin.

Nous avons dû acheter nos billets d’avion et nous avons aussi choisi de réserver notre logement, avant même de savoir si nous obtiendrons nos visas…
No comment !

Le mois de mai est placé sous le signe des dépenses…

Frais de visas, frais SEVIS, caution pour notre logement US, billets d’avion.

Ça donne le vertige ! Pourtant c’était une étape inévitable. Une bonne chose de faite tout de même.

Pourquoi avoir réservé notre logement, plutôt que louer un Airbnb par exemple et prendre notre temps une fois sur place d’avoir un coup de cœur ?

Parce que sur place, il ne nous restera que dix jours avant que Daddy Finger ne prenne ses fonctions et qu’il soit de nouveau beaucoup moins disponible ; dix jours pour découvrir le quartier et une partie de la ville, terminer les démarches administratives US, éventuellement les démarches au consulat de France, les inscriptions au lycée pour Brother Finger et en preschool pour les Twincesses. Ameubler un minium notre logement, s’équiper en téléphone, avoir un accès internet (vital !).

Pour moi, passer une année aux Etats-Unis, cela comprenait la location d’une belle maison traditionnelle .Par « belle », j’entends quelque chose de typique, je ne parle pas en terme de m², dans un quartier cosy de la ville. J’avais d’ailleurs trouvé le quartier et j’étais entrée en contact avec le lycée de ce quartier.  J’imaginais très bien notre petite famille dans ce genre de nid douillet.

Mais la voix de la Family Manager qui doit s’organiser impérativement avec des petits enfant, spécialiste de la jonglerie petite enfance-adolescence et du système D. « D » de « débrouille »… ou aller je peux l’avouer « débrouille-toi toute seule en attendant de refiler la patate chaude à Daddy Finger quand il rentre » (oui je me revendique Family Manager, je gère beaucoup de choses seule MAIS je ne suis pas magicienne –enfin pas tout le temps !-)… alors cette voix-là raisonnait en ces termes-là : hey ho, tu te souviens ? Vous allez à Cleveland !… Près du Canada… Coucou ! Reviens sur terre ! Il va falloir dé-nei-ger, Daddy Finger sera au travail, tu t’imagines avec ta pelle (ou je ne sais quoi d’ailleurs !) et les Twincesses dans tes jambes ?

L’agent immobilier avec qui nous sommes en contact à Cleveland nous a proposé une résidence sécurisée avec des infrastructures qui ne nous ont pas laissés indifférents surtout moi, en tant que maman devant occuper de jeunes enfants en plein hiver, à Ailleurs-Land. Ce n’est pas tant la résidence sécurisée qui nous a fait nous décider mais l’infrastructure décrite.

Alors nous sommes d’accord, adieu le charme du quartier typique, entourés de familles Américaines ! Je suis en contact depuis plusieurs mois, avec deux Françaises adorables qui ont pris le temps de répondre à mes questions, l’une vivait dans une maison traditionnelle, la deuxième dans cette résidence. J’avais donc déjà connaissance de cette possibilité, pourtant c’est la première qui m’attirait.

Seulement une maison, ça doit s’équiper, il faut entretenir son jardin, déneiger. La résidence, elle, est déjà semi-équipée : lave-vaisselle, micro-ondes, cuisinière électrique, lave-linge et sèche-linge dans une buanderie, dressing, armoire et placards encastrés… reste quelques meubles à trouver ; nous sommes en train d’étudier la possibilité de les louer, c’est apparemment un service connu aux États-Unis, avec  livraison et retrait à domicile. Cette résidence offre l’accès à une piscine intérieure et extérieure, une petite salle de cardio-training et un cours de tennis ; située à proximité d’un lac qui promet être le départ de promenades près du « home sweet home » les longues journées d’hiver ; un petit mall et des commerces accessibles à pieds. En terme de prix ? Si l’on considère les dépenses en équipement électroménager, c’est kif-kif ! Mais surtout ! Que faire de ces appareils après notre année, sachant que le voltage est différent en France ?

Nous avons donc fait une demande de location d’un an, et nous l’avons obtenue !

apartca
Could be worse ! (Ca pourrait être pire, non ?)

Qui dit « nouveau quartier », dit « nouveau lycée » ! Avec mon anglais approximatif (manque de pratique !) mais sans chocolat cette fois-ci (mais qu’est-ce qu’elle raconte ?! c’est par ici) : j’ai donc contacté la responsable des inscriptions. Une conversation plus tard, voilà mes inquiétudes apaisées. Brother Finger aura sa place au lycée, nous irons finaliser son inscription dès notre arrivée. Encore une fois, un accueil chaleureux. Pourvu que ça dure !

Adieu Shaker Heights (le regretterais-je ?)… bonjour Beachwood dans une communauté (je suppose, à confirmer !) à majorité expatriée…

A part ça, nous continuons à vendre nos affaires. J’ai récupéré mon permis de conduire international et j’ai bien dû vérifier 10 fois la date de validité de nos passeports.

Après le logement, il faut organiser les déplacements :

Comment nous déplacerons-nous à Cleveland ? Quel permis pour notre année ? Un permis international ou un permis Américain ?

L’État de l’Ohio fait parti des quelques États ayant conclu un accord de réciprocité avec la France, dispensant l’expatrié Français de repasser son permis de conduire Américain, moyennant un permis de conduire international. Il « suffit » d’échanger le temps de l’expatriation, son permis contre un permis US. Je me pose toutefois la question du retour en vacances en France, comment font les expatrier avec un permis Américain…?

Dans notre cas, notre séjour n’excédant pas un an, nous pourrions apparemment conduire avec notre permis français accompagné du permis international (la démarche se fait uniquement en France avant le départ ; prévoir, selon les préfectures, un délais pour sa délivrance).

Et que va manger la Finger Family aux Etats-Unis ? Mais oui, c’est intéressant ! Très intéressant même, attendez, je vous dis tout !

Préparer cette parenthèse US, c’est aussi l’occasion de se pencher sur un autre sujet absolument inconnu pour moi, apparemment très différent de ce que l’on trouve en France : l’alimentation (les marques, les équivalences, les mesures, les pourcentages de matières grasses, la composition et notamment le fameux « corn syrup » -du sirop de maïs… pire que le sucre !-  ainsi que les OGM… bon appétit, bien sûr !).

Lorsque l’on part seul ou en couple, on peut éventuellement se permettre de découvrir sur place ce que l’on trouve dans les rayons des magasins d’alimentation, avec beaucoup de patience. Partir avec de jeunes enfants demande de l’organisation (je sais ! je radote mais c’est mon maître mot !) et la nourriture fait partie de ce défit, pour manger le plus sainement possible.

Au cours de mes recherches sur le web, de blog en blog, je suis tombée sur ce petit livre : le « Guide de Survie Alimentaire aux Etats-Unis« , rédigé par une Française, Estelle Tracy, qui vit aux Etats-Unis depuis une quinzaine d’année. Je me suis empressée de consulter quelques pages, disponibles sur son blog, pour me donner une idée du contenu. Si l’on souhaite acquérir ce guide, on peut soit choisir la version électronique, soit la version papier (version électronique comprise). J’ai décidé de passer commande et cela a été une vraie découverte, 52 pages très intéressantes, la bible de la Family Manager qui doit absolument maîtriser les basiques de l’alimentation US pour espérer pouvoir ressortir du magasin avec autre chose que des pâtes et des bananes… avec deux petites impatientes qui n’aiment pas que les courses s’éternisent.

Non seulement l’auteure de ce guide est absolument adorable, mais c’est aussi une passionnée de chocolat (et moi aussi j’adore le chocolat !) qui a passé en revue 37 chocolats produits aux Etats-Unis (pourquoi 37 ? Pour les gourmands et les curieux de découvrir autre chose que le Côte d’Or ou le Lindt, c’est par ici https://37chocolates.com ).

img_9455

Si ce guide vous intéresse, voici le lien où l’acquérir : http://tetellita.blogspot.fr/2015/04/le-guide-de-survie-alimentaire-aux.html
Non je ne touche pas de commission ! Mais les bonnes choses, ça se partage, n’est-ce pas ?

Share

About Carine

You May Also Like

12 comments on “Organiser son arrivée #9

  1. 10 mai 2016 at 15 h 26 min

    Bonjour! Lectrice d’Estelle (de son blog et de son livre!), je vis aux Etats Unis depuis deux ans maintenant, et je voulais juste te donner un petit conseil par rapport au permis de conduire! Le permis de conduire international ne vaut pas grand chose, c’est juste une traduction du permis de conduire francais… La plupart des etats americains demandent de passer le permis de conduire de l’etat 3 mois au plus tard apres l’installation dans l’etat. Certains etats ont un accord avec la France pour les residents non-permanents (l’Illinois par exemple). Pas de panique, passer le permis ici, c’est tres facile, et ca ne coute quasiment rien. J’avais quand meme pris deux heures de cours de conduite pour me rappeler les regles americaines, meme si je roule aux US depuis des annees… La theorie ne demande pas plus qu’un peu de bachotage! Bienvenue!

  2. 10 mai 2016 at 15 h 27 min

    Bon, evidemment je n’ai pas lu le paragraphe d’apres… tu peux supprimer mon commentaire!!!

    • 10 mai 2016 at 16 h 08 min

      Coucou Sarah-Lectrice d’Estelle ! Merci quand-même pour ton commentaire 🙂

  3. 10 mai 2016 at 17 h 16 min

    J’allais dire la même chose que Sarah. Vu le prix et la facilité, c’est dommage de se priver, d’autant que ça vous fera une pièce d’identité US. Ca évite d’avoir son passeport sur soit tout le temps.

    • 10 mai 2016 at 17 h 18 min

      C’est vrai qu’il faut une valise diplomatique pour être en règle ! 🙂 passeport, permis de conduire français, permis de conduire… L’équivalent de la carte grise je suppose aussi ?

      • 10 mai 2016 at 17 h 22 min

        Ici c’est juste un bout de papier lambda (pas d’hologramme ou je ne sais quoi) mais oui, je l’ai toujours sur moi. L’assurance par contre, je l’ai version électronique sur mon téléphone.

  4. 29 juin 2016 at 3 h 57 min

    Tu es sure pour 1 an de validité du permis? À Chicago (Illinois) c’est 3 mois (durée du visa tourisme), et sinon on a l’échange avec le permis américain, pour 35$! Et ils ne prennent pas ton permis français, juste une copie! Il faut une attestation du consulat aussi.

    Sinon pour toi qui a des enfants : évite la viande et le lait non garantis « sans hormones ».

    Bon départ, ça doit être imminent.. Je viens de découvrir ton blog et je me revois il y a un an! Sauf que c’est mon mari qui m’a suivie… Et nous sommes ici pour plus longtemps!

    • 1 juillet 2016 at 13 h 53 min

      Apparemment c’est le cas ici dans l’Ohio mais oui c’est différent selon les Etats.
      C’est très étrange, autant je détestais la conduite en France, autant ici (dans notre banlieue en tout cas), la conduite est très sympa, paisible, sans embouteillage. C’est comme ça aussi dans l’Illinois ?
      Merci pour ton gentil message !

      • 1 juillet 2016 at 13 h 59 min

        Oui la conduite est tranquille! Enfin ils ne savent pas super bien conduire, faire un créneau pour se garer c’est impossible pour eux… Et sur l’autoroute ils doublent à droite et ne respectent pas les limites! Ils ne vont pas à l’auto-école ici, ils apprennent avec leurs parents et un peu au lycée je crois!
        Mais moins ils sont moins stressés au volant qu’à Paris, c’est agreable!

        Bon emménagement !!!

Laisser un commentaire