Nos 10 derniers jours en France, bis bald Elsass ! #12

Depuis l’arrivée de nos Twincesses, et avec un Daddy Finger très investi dans son travail, nous avions une vie que j’ai l’habitude de décrire telle une roue de hamster qui ne cesse de tourner que pour manger et dormir -un peu-.

Mais nos derniers jours précédant notre expatriation sont encore plus speed que ces quatre dernières années réunies ! La pression monte !

Il faut organiser les valises pour notre départ avec ce dont on n’a plus l’utilité surtout les vêtements d’hiver mais aussi avec ce dont on aura besoin en priorité lors notre arrivée. Le tout sans dépasser 23kg par valises… sinon c’est pas rigolo… et c’est beaucoup plus cher !

Bref, on aimerait mettre toute notre vie dans nos valises mais vu que nous sommes très limités, il faut choisir et stocker le reste.

En plus de cela, pour les quelques jours qui restent, il faut penser à mettre de côté ce dont on a encore besoin en essayant de porter ce que l’on ne prendra pas avec nous, qui reste « portable » jusqu’aux derniers jours, avant de les bazarder.

Dans le même registre, il faut aussi penser à garder de vieilles casseroles pour pouvoir cuisiner jusqu’au bout, heureusement que la cuisine de notre appartement est sémi équipée (cuisinière électrique), ce qui me permettra de préparer des repas simples mais équilibrés. Finalement, ça a du bon de conserver certaines choses, « au cas où » ! Merci Maman, de m’avoir transmis cette « collectionnite » de pots de confiture vides et autres accessoires de cuisine en tout genre qui-pourraient-servir-peut-être-un-jour ! 🙂

Et bien sûr, il faut jongler avec les Twincesses mais aussi avec Brother Finger qui passe les épreuves anticipées du baccalauréat.

 

De l’OR-GA-NI-SA-TION !

Il en faut.

Ca tombe bien, j’en ai !

Cela fait plusieurs mois qu’on organise notre départ et je marque beaucoup de choses dans l’agenda de mon iphone. Tellement pratique !

Sauf quand on le fait tomber dans l’eau.

Et là, cette organisation tombe à l’eau. C’est le cas de le dire…

Le monde s’effondre (du moins mon organisation). A quelques jours de notre départ, j’ai trouvé le moyen de noyer ma précieuse mémoire supplémentaire…

DEUX.MALHEUREUSES.SECONDES.

Deux de trop.

Non seulement j’ai perdu mes contacts mais aussi et surtout tous nos rendez-vous médicaux pris juste avant notre départ, histoire de ne pas avoir de sueur froide à cumuler les frais médicaux une fois aux Etats-Unis. Allez vous rappeler des dates et heures de rendez-vous, avec tout ce dont on a à penser lors d’un départ à l’étranger !

Avant, mon téléphone vibrait tous les jours pour me rappeler certaines choses à faire.

Maintenant, j’ai des listes à rallonge écrites dans presque toutes les pièces de la maison !

Sauf lorsque les Twincesses ont décidé de dessiner sur ces listes et que je n’arrive plus à lire ce que j’ai pu marquer… (fallait pas faire tomber ton téléphone dans l’eau, me direz-vous…).

 

J-10 :

Daddy Finger a arrété de travailler pour se concentrer sur notre départ. Nous avions un rendez-vous pour vendre notre voiture. Daddy Finger a perdu sa « meilleur-amie ». Nous n’avons plus de voiture… À partir de ce jour-là, nous prendrons le tram jusqu’à notre départ.

Pendant ce temps, Brother Finger passait sa première épreuve orale des épreuves anticipées du baccalauréat !

Bro. Finger, c’est un ado. fan de musique et des tenues vestimentaires « metal », les écouteurs greffés aux oreilles. Après avoir pourparlé des heures pour lui faire accepter de couper quelques cm de sa tignasse métalleuse, pour notre rendez-vous à l’ambassade des Etats-Unis, j’ai négocié qu’il quitte sa tenue préférée noire pour passer les oraux du BAC. La victoire fut dure mais je suis une coriace.

Entre deux cartons, j’essaie d’entrer en contact avec mon spécimen :

Alors comment te sens-tu ?
BF : Hummmm.
?
BF : Hummmm.
Les é-cou-teurs !!! Comment te sens-tu ?
BF : qui ça ? Moi ?… Bah cool ! Pourquoi ?
Mais tu n’as pas tes épreuves pour le BAC là ? Parfois, on peut ressentir un peu de stress, surtout avec notre départ. »
BF (qui atterri enfin de la planète « Metal ») : ahhh ouai le baaac ! Non c’est bon, c’est cool !  … Hey M’man !!! Metal !

Cool… Ok… Zen ! C’est ça : restons zen et continuons les valises.

 

J-9 :

Expatriation derniers jours en FranceLes personnes qui avaient réservé nos meubles ainsi que nos appareils électroménagers sont passées les récupérer. Et là, c’est moi qui ai perdu mes « meilleurs-amis-de-maison-pour-la-vie » : j’ai nommé mon lave-linge, mon sèche-linge et mon lave-vaisselle… Comment est-ce que j’ai pu faire avant sans mon lave-vaisselle ? On s’habitue trop au confort !

Plus de micro-onde ni de grand réfrigérateur-congélateur. Plus de meuble tv bibliothèque. Plus de télévision non plus d’ailleurs ! Plus de table ni de chaises. Plus de commodes, le linge déborde des valises.

Nous avons également vendu les vélos des Twincesses ainsi que certaines de leurs affaires qui devenaient un peu petites. Finalement lorsque les personnes venues récupérer les vélos ont vu leur petit visage triste, elles leur ont laissé quelques jours de plus pour qu’elles en profitent encore un peu…

Nous avons conservé notre table basse et notre vieux canapé qui seront récupérés par les encombrants avant notre départ. Nous avons « négocié » de garder le frigo le plus petit encore quelques jours avec ces mêmes personnes. Finalement tout se goupille plutôt bien !

 

 

J-8 :

Durant la nuit, une de nos Twincesses a décidé de nous montrer ce que « sortir de sa zone de confort » signifiait. Enfin, quand on parle de confort… du peu qu’il nous reste en tout cas !

Sortir de sa zone de confort… C’est devoir se rendre à la laverie automatique un dimanche matin pour nettoyer deux pipis au lit dans une même nuit, par la même petite fille.

Les cartons à stocker se remplissent de façon intensive.

 

J-7 :

image

Dans la foulée, dans la nuit du dimanche au lundi, la Twincesse number two a décidé d’imiter sa sœur, histoire de me faire regretter mon (ancien) petit confort. C’est d’ailleurs depuis la laverie que je commence à rédiger ce billet… Certains font des soirées « pizza »… d’autres des soirées « laverie automatique ».

 

J-6 :

Deuxième épreuve orale des épreuves anticipées du BAC pour Brother Finger. Du français.

Brother Finger a pu bénéficier d’une convocation exceptionnelle pour l’oral de français qui se déroule officiellement entre le 27 juin et le 1er juillet prochain. Mais Daddy Finger prenant son service le 1er juillet à Cleveland, nous étions obligés de partir avant.

Pour certaines raisons motivées impérativement par des justificatifs, les élèves peuvent bénéficier de certains aménagements. Les personnes que j’ai contactées au rectorat du Bas-Rhin ont fait preuve de compréhension et ont fait tout ce qui était possible légalement pour nous aider dans ce sens. C’était ma grande angoisse. Que Brother Finger soit stressé ou pénalisé, entre notre départ et ses épreuves du BAC. Ce n’est pas du tout le cas. « Cool ! ».

Alors comment s’est passé l’oral de français ?
BF : Ouai bien.
Mais bien comment ? Tu es tombé sur quel sujet ?
BF : Baudelaire.
Mais encore ?
BF : L’albatros.
Et ?
BF : C’était cool !

…Pfffffff (EXASPÉRATION) ! Mais du moment que ça c’est bien passé !

À part ça, c’est toujours la course … Il faut mener les Twincesses en tram à l’école : préparer les petits déjeuners « à l’ancienne » cela prend plus de temps. Évidemment, la météo annonce de la pluie toute la semaine. Le temps s’est rafraîchi, il faut ouvrir de nouveau les valises pour récupérer des vêtements plus adaptés… Oui mais dans quelle valise déjà ? Les Twincesses en ont deux, entre leurs vêtements et leurs jouets. On sera encore en retard à l’école mais les maîtresses sont compréhensives.

 

J-5 :

Pas de pipi au lit : ouf !

Mercredi, pas d’école pour les Twincesses. Nous continuons d’empaqueter mais il faut aussi les occuper. Car nos puces adorent mettre leur nez dans les valises déjà faites… et y attraper des affaires car c’est justement ce dont elles avaient absolument besoin…

Direction Plumypark (grandes aires de jeux indoor) pour bien se défouler. Le temps s’est encore raffraichi, il faut plonger de nouveau dans les valises pour récupérer des affaires d’automne. Juste avant de quitter Plumypark, la grêle nous surprend… Une chute de grêlons qui s’éternise et qui recouvre le sol d’un tapis de glace. Un 15 juin. Normal.

La voiture nous manque ! C’est en tram que nous rentrons, les Twincesses aux bras à cause de la grêle restée au sol…

Plus de voiture, plus de lave-linge, plus de sèche-linge, plus de machine à laver la vaisselle, plus de micro-ondes, plus de meubles… on a dû mal à se rappeler par moment qu’on n’a plus nos affaires.

BF : « M’man j’ai faim. »

Il reste des pates au frigo. Fais-les chauffer si tu veux.

« Euh M’man. On n’a plus de micro-ondes ».

Ah oui c’est vrai. Le micro-onde est aussi parti…

 

J-4 :

imageUne matinée passée dans le tram… Jeudi c’est demi-journée pour nos Twincesses à l’école, les temps de faire les aller-retour, les heures ont défilé. Notre voiture nous manque de plus en plus !

Les cartons s’accumulent sous notre toit.

A plus de minuit, voici ce que cela donne !

 

 J-3 :

Dernière épreuve du BAC ! 4h d’écrit. Du français.

C’est aussi le jour où nous faisons l’état des lieux de notre appartement.

Un ami et collègue de Daddy Finger est venu prêter main forte, avec son van, récupérer nos cartons (une trentaine quand-même !) et nous aider à mener nos valises à l’hôtel.

Nous partirons avec huit valises de 23kg, 3 sacs en cabine de 10kg ainsi qu’avec les sacs à dos des Twincesses, remplis de surprises (histoire de les occuper !).

 

image

 

 

J-2 :

Enfin au calme… ou presque. Mais la pression est retombée. Nous profitons de notre dernier week-end en France.

 

J-1 :

Le grand départ approche ! Les émotions jouent au yoyo : entre coup de blues et excitation du départ.

Programme du jour : vérifier le poid des valises, organiser les sacs que l’on gardera en cabine. Et pourquoi pas une pause détente au cinéma ? Warcraft, film fantastique, pour Bro. Finger ; le Monde de Dory avec les poussinettes, en avant première. Et bien sûr, comme fait exprès… des allusions à Cleveland tout le long du film ! Incroyable. Allez donc le voir, vous comprendrez !

 

Ainsi se termine ma « chronique d’un départ annoncé », rédigée depuis la France.

Au plaisir de vous retrouver dans quelques jours, depuis notre home sweet home américain !

 

image
Bis blad Elsass, au revoir et à bientôt !

 

Share

About Carine

You May Also Like

4 comments on “Nos 10 derniers jours en France, bis bald Elsass ! #12

  1. 19 juin 2016 at 20 h 51 min

    Bon voyage
    Vous allez me manquer
    Bisous

    • 3 juillet 2016 at 17 h 55 min

      Gros bisous ! Tu me manques aussi !

Laisser un commentaire