Cette neige qui ne tombe pas du ciel, l’effet de lac

Aujourd’hui nous avons vécu notre première journée quasi entièrement sous la neige.

Alors que les prévisions météorologiques n’annonçaient des chutes de neige qu’aux environs de 18h, quelle ne fut pas notre surprise de découvrir notre résidence sous une belle pellicule blanche, en prenant la route de l’école ce matin…

 

J’ai effectué la route du retour avec des bourrasques de neige -un peu comme un blizzard- accompagnée de forts vents soulevant cette poudre blanche qui ressemblait plus à des petites billes de polystyrène qu’à des flocons de neige.

Mais cette neige, aussi étrange que cela puisse paraitre, ne provenait pas à proprement parler du ciel mais du lac Erié qui se situe à environ 25 km de la petite ville où nous résidons, à l’Est de Cleveland.

Le « lake effect » vous connaissez ?

Nous, nous l’avons découvert aujourd’hui. Le vent froid (-4 degrés à 16h mais -17 degrés en température ressentie) passe sur les eaux plus chaudes du lac Érié, « il s’y charge d’humidité, formant des nuages convectifs très intenses qui la relâchent sous forme de neige au-dessus des terres« .

« La rive du lac Érié est quasiment orientée sur un axe est-ouest de l’embouchure de la Cuyahoga jusqu’à Sandusky, mais à partir de l’embouchure le rivage s’oriente brusquement au nord-est. Cette particularité est la principale cause de l’effet de neige lacustre, caractéristique des intempéries que connaît Cleveland de la mi-novembre jusqu’au début du mois de février (période durant laquelle le lac Érié gèle habituellement). L’effet de lac cause une importante variation des chutes de neige à travers la ville : alors que les cumuls de neige relevés à l’aéroport d’Hopkins [à l’Ouest de Cleveland] n’ont atteint qu’à trois reprises 254 cm de neige en une saison depuis 1968, une hauteur totale approchant ou dépassant les 250 cm n’est pas rare dans la région connue sous le nom de « ceinture de neige » (Snow belt). Cette ceinture s’étend de la banlieue Est de Cleveland (dont Beachwood, où nous résidons) jusqu’à Buffalo, sur la rive orientale du lac Érié. (source Wikipédia Cleveland/Snow belt)

Les images parlant plus que les mots, voici un petit exemple de ce que cela peut donner :

Et pour mieux comprendre l’effet de lac, Meteomedia, site de prévisions météorologiques Canadien, l’explique en vidéo : les mystères de l’effet de lac.

Comme je le disais à mon amie Américaine Cindy (merci pour l’explication du « lake effect »!), j’aimerais bien hiberner pour ne me réveiller qu’au printemps… Sauf que dans la vraie vie, il a fallu mener les Twincesses à leur leçon de natation, puis aller chercher Daddy Finger au travail.

Ainsi s’est clôturée notre 1ère journée sous la neige… Et dire que cela ne fait que commencer !

Share

About Carine

4 comments on “Cette neige qui ne tombe pas du ciel, l’effet de lac

  1. 9 décembre 2016 at 5 h 30 min

    Très impressionnant cette neige venant du lac! J’ai appris quelque chose, merci!

    Ici aussi -6 ressenti -17 avec le vent… l’hiver s’annonce rude…

    • 9 décembre 2016 at 14 h 05 min

      Coucou Anne-Claire et merci ! Oui c’est vraiment impressionnant ! C’est fou ces différences de températures !

  2. 9 décembre 2016 at 13 h 46 min

    Woooow c’est super!!! Bon courage pour affronter l’hiver!

    • 9 décembre 2016 at 17 h 34 min

      Merci Audrey 🙂 ! Oui je crois qu’il nous en faudra ! En même temps, on a de très beaux paysages blancs, j’adore (mais surtout les week-ends quand on peut décider de sortir promener ou rester au chaud ;-))

Laisser un commentaire