,

De retour chez nous

A l’heure où je commence à rédiger ce billet, je réalise que cela fait déjà une semaine que nous avons quitté les Etats-Unis !

Une semaine où nous découvrions ce que nous pensions être notre « home sweet home pour les prochaines années à venir », sous la canicule…

Sans rentrer dans les détails, je peux vous dire que nous avons passé cette semaine en France à parcourir les rares annonces qui pourraient nous convenir et effectuer quelques visites pour déménager alors que nous n’avons pas encore emménagé.

 

Notre futur « home sweet home » vu par nos puces…

 

Nous, si contents d’avoir trouvé notre appartement dans le centre-ville de Strasbourg avec toutes les commodités à portée de main, nous n’aspirons désormais qu’à une chose : du calme !

Quitter l’Ohio et sa tranquilité, ses biches, écureuils et chipmunks qui passent devant notre salon pour se retrouver face aux embouteillages, aux bruits des voitures jusqu’à 3-4h du matin et aux cyclistes dont beaucoup se croient tout permis. Et pourtant nous connaissions bien Strasbourg !

Oui, sûrement, l’Ohio nous a changé. Courage : fuyons et excentrons-nous (un peu) pour mieux aimer la ville ! Nous n’aurons ni biches, ni écureuils mais plus le bruit citadin et c’est déjà bien.

C’est donc il y a une semaine que nous avons atterri à Strasbourg, la mine fatiguée par seize heures de voyage et allégés des deux valises pour lesquelles nous avions payé un supplément ! Ces bagages n’ont pas suivi. Il nous aura fallu attendre cinq jours pour qu’elles nous soient livrées à domicile, un dimanche, sans nous avertir.

Cerise sur le gâteau, le jour même de notre arrivée, nous sommes tombé sur trois vendeurs en suivant qui avaient oublié leur bonne humeur à la maison. Gracieux comme des portes de prison. Bon retour en France ! Bien sûr, il ne faut pas généraliser.

Je vous épargne la série « nos 10 premiers jours » comme j’ai pu le faire lors de notre arrivée dans l’Ohio. Mais je dois avouer que le retour n’a pas été des plus faciles.

Haut les coeurs ! Si je vous dis que les premiers vrais rayons de soleil dans nos coeurs ont percé en plein centre commercial, rayon fromage (après avoir réussi à dormir enfin quelques heures en 72 heures) ? Seuls les expatriés comprendrons, je crois.

On ne peut pas dire que la nourriture française nous a vraiment manqué car sachant que nous ne passions qu’un an au Pays de l’Oncle Sam, nous avons profité des produits Américains. Mais quand même ! Qu’est-ce que cela fait du bien de retrouver la gastronomie Française, notamment les fromages au lait cru (interdits dans la plupart des États Américains) !

Et sinon quoi de beau au programme ?

Daddy Finger reprend son travail la semaine prochaine jusqu’à pas d’heure ainsi que certains weekends… je devrai occuper les enfants et nous devrions déménager à la fin du mois de juillet. Ironie du sort ? Le propriétaire de l’appartement convoité… vit aux Etats-Unis ! Nous attendons un accord officiel.

Nos Twincesses ayant fini l’école Américaine début juin, voilà déjà un mois qu’elles ne baignent plus dans l’anglais. Aussi, nous avons décidé de parler le plus possible en anglais à la maison en attendant la réponse à notre (future) demande d’inscription dans une école bilingue. Pour se faire, la procédure exige que les enfants soient d’abord inscrits à l’école du quartier (en cas de refus), nous avons contacté la mairie et attendons depuis maintenant un mois ce fameux certificat d’inscription…

Autre inscription importante, celle de Bro Finger au lycée, où il faut passer par l’inspection académique pour les élèves arrivant de l’étranger.

 

 

Parler l’anglais à la maison alors que je ne suis pas bilingue (mon anglais s’est tout de même bien enrichi grâce à cette année US) ?

Moi je dis : OUI !

. Parce que si nous ne procédons pas ainsi, nos Twincesses perdront leurs acquis.

. Parce que je ne crois pas qu’il faille un parfait accent pour faire travailler une autre langue à ses enfants (c’est ça où alors je baisse les bras et cette année sera perdue…)

. Parce que de nos jours, nous avons accès à beaucoup de ressources pour m’aider dans cette démarche : jeux, dessins animés (où là elles pourront entendre l’accent) livres, activités à l’extérieur.

My Little Parenthèses – le blog, va donc continuer et s’orienter entre autres vers le thème du « bilinguisme » de l’enfant où je partagerai cette évolution et les supports que j’aurai choisis.

Je n’ai pas la prétention de rendre mes enfants entièrement bilingues mais celle de les aider à conserver leurs acquis et essayer de leur faire pratiquer la langue (en attendant comme nous l’espérons, ces deux places en classe bilingue).

 

Lorsqu’on n’est pas bilingue soi-même et bien on peut faire des recherches, coucher des idées de jeux et surtout faire une liste du vocabulaire à travailler, pour ne pas être prise de court, sur un petit cahier ou des fiches que l’on pourra ressortir à l’occasion. Je savais bien que je trouverai comment utiliser ce cahier poétique acheté chez Michaels, magasin de loisirs créatifs et décorations, aux Etats-Unis…

 

A la rentrée scolaire, j’aimerais également continuer ma quête vers la découverte des chocolats artisanaux commencée aux Etats-Unis, à mes heures perdues.

Notre priorité pour l’instant étant de trouver notre home sweet home et l’aménager, tout en continuant l’apprentissage de l’anglais pour nos Twincesses.

Et vous, le bilinguisme chez les enfants, qu’en pensez-vous ?

Share

About Carine

You May Also Like

13 comments on “De retour chez nous

  1. 29 juin 2017 at 18 h 21 min

    Coucou
    Et ben quelles péripéties, bon retour chez vous.
    Moi aussi je suis intéressé par la bilinguisme chez les enfants. Et puis il faut que je travaille mon anglais dur dur pour mon BTS, car coef 6 c’est pas rien.
    Bisius

  2. 29 juin 2017 at 19 h 59 min

    Coucou Rose ! Et bien écoute, on apprend aussi avec les dessins animés et les livres pour enfants ! Moi j’apprends toujours du vocabulaire. Connais-tu la chaîne Youtube de Christina : Speak english with Christina ? C’est une Américaine qui vit en France super sympa, ses vidéos sont courtes et très intéressantes. On y apprend beaucoup de choses et tu peux travailler ta prononciation.
    https://youtu.be/iUHfUTSVOL4

  3. 29 juin 2017 at 20 h 00 min

    Bon courage pour ton BTS ! En effet coeff 6 ce n’est pas rien. But you can do it !
    Gros bisous !

  4. 29 juin 2017 at 23 h 15 min

    bon courage Carine … j’espere que vous aurez vite la confirmation pour votre apart pour que vous puissiez vous poser un peu, bises

    • 29 juin 2017 at 23 h 54 min

      Merci Anne-Claire !
      Nous avons eu la confirmation ce soir : youhouuu !
      Nous emménageons fin juillet, j’ai hâte !
      ?

      • 30 juin 2017 at 18 h 51 min

        genial!!!! belle nouvelle!!!!
        sinon pour le bilinguisme = je dirais continuer a leur faire regarder la tele en anglais uniquement ou au maximum, leur faire ecouter des CD de comptines en anglais, trouver un etudiant americain ou anglais a Strasbourg qui pourrait faire des babystittings pour vous, et venir voir les copines aux USA une fois par an minimum!!
        c’est une bonne idee de leur parler anglais a la maison aussi bien sur mais je pense qu’un parent doit parler sa langue maternelle ? avis perso!

        • 30 juin 2017 at 22 h 27 min

          ? une fois par an aux Etats-Unis, je signe tout de suite !
          Pour le fait qu’un seul parent parle l anglais avec les enfants, j’y ai pensé aussi, j’avais lu d’ailleurs que c’était mieux ainsi mais le problème c est que mon Homme reprend ses horaires de folie et les astreintes dès lundi, autant te dire qu’on ne va pas le voir souvent. Ça c’est pas un truc qui m avait manqué… on le verra le soir tard (« on » enfin : moi) et certains weekends. Donc… pas facile dans ces conditions…

  5. 30 juin 2017 at 10 h 23 min

    Wouhaaaaa quelle histoire ! Je suis contente que vous emménagiez bientôt ! Pour le bilinguisme je pense m’y mettre aussi, c’est une très bonne idée

    • 30 juin 2017 at 11 h 43 min

      L’expatriation (ou l’impatriation) apporte toujours son lot de péripéties 😉
      Mais ça vaut le coup et ça ne dure pas !

  6. 7 septembre 2017 at 10 h 57 min

    Merci pour vos partages ! Pour nous le bilinguisme est nécessaire ! Nous vivons aussi en Alsace depuis près de 5 ans, et nous avons pu scolarisé la petite en école bilingue Français/Allemand, malheureusement pas pour la grande, déjà soit disant trop agée (7 ans à notre arrivée) pour intégrer le cursus ! Mais nous voila penchés sur l’anglais désormais car nous allons faire votre chemin inverse ! Nous devrions partir en juillet prochain pour l’OHIO ! Cincinnati avec comme vous pouvez l’avoir vécu un nombre de questions incroyables !!! Si vous avez du temps, nous pourrions partager ?

    • 7 septembre 2017 at 11 h 17 min

      Oh mais quelle chance ! Oui bien sûr, j’ai votre mail, je vous contacte.

Laisser un commentaire