,

Nos 10 derniers jours aux Etats-Unis

J’ai l’impression que nous sommes rodés à ce genre de choses : faire les démarches pour quitter un pays et s’installer dans un autre.

Mais si nous savons très bien ce que nous avons à faire en sens inverse pour organiser notre départ de l’Ohio et notre retour en Alsace, tout demande autant de temps et d’énergie pour :

– vendre nos meubles (que répondre à notre dernière annonce où l’on donne nos matelas à récupérer le jour où nous rendons notre appartement et dont on nous demande si on effectue aussi la livraison… ?) ;

– organiser la reprise de notre voiture en leasing ;

– déposer les préavis : téléphonie mobile, électricité, gaz, fournisseur d’accès internet, afin de récupérer toutes les cautions que nous avons dû verser à notre arrivée (et elles ont été nombreuses en l’absence de credit score !).

Parallement, côté français:

– déposer un dossier pour un leasing de voiture car nous avons vendu la nôtre avant notre expatriation ;

– Éplucher les offres de location d’appartements ;

– Avoir la chance d’avoir quelqu’un sur place pour effectuer les visites d’appartements ;

Pourquoi ne pas attendre d’être sur place ?

Parce que Daddy Finger reprend son travail dix jours après notre retour.

Parce que très clairement je ne peux (veux) pas me permettre de trimballer mes puces à chacune des visites.

Parce que nous espérerons les inscrire dans une école bilingue pour qu’elles continuent leur apprentissage de l’anglais (on me dit « dans l’oreillette » que les places de cette école seraient réservées aux enfants des employés des consulats étrangers… mais officiellement le dossier de nos Twincesses tient plus que la route, alors on tente !) et donc pour pouvoir déposer ce dossier, les enfants doivent être au préalable inscrits à l’école du quartier (mais oui voyons : en cas de refus). Et que pour inscrire les enfants à cette école de quartier… il faut avoir une adresse de résidence. (Sentez-vous le mal de tête arriver ?).

– Reste encore à chercher un lycée pour Bro Finger (là, la galère, c’est qu’il dépend du lycée du quartier MAIS pour réintégrer une classe terminale de STI2D… il n’y a que 3 lycées tous à l’autre bout de la ville, et que pour savoir de où il dépend, on nous renvoit vers le CIO -centre d’informations et d’orientation qui serait compétent pour orienter un lycéen revenant de l’étranger. Sauf que le CIO ne répond pas à mes emails.). L’était sera chaud… ;

Bref !

Après x visites d’appartements (pas de garage, manque une chambre, pas d’ascenseur, de double vitrage, ou encore (ah oui celle-là elle est bien bonne !) pas de portes au pseudo « très grand T4 » -c’est tout de même bien pratique des cloisons et des portes, non ?…) nous avons enfin notre appartement !

À J-10, nous avons déjà commencé à vendre nos meubles depuis quelques jours. La TV est partie depuis plus longtemps mais ne nous manque pas du tout ! Nos quatre lits sont vendus nous ferons à présent du « camping », les matelas à même le sol (non pas de feu de camps, la si typique moquette Américaine ne le supporterait pas !), les enfants sont ravis.

J-9 et 8 : la valse des meubles continue…

J-7 : l’état des lieux de notre appartement Strasbourgeois est fait par procuration. Nous avons officiellement un toit, les inscriptions à l’école du quartier sont lancées, en attente de réception de l’attestation d’inscription pour pouvoir déposer notre dossier auprès de l’autre école bilingue.

J-6 : un ultime tri dans les jouets des enfants. Nous ne pouvons pas tout emporter…

J-5 : dernier trajet pour récupérer Daddy Finger à son travail. L’horrible impression de vivre aussi le dernier jour de ma vie mais si vous nous suivez sur Facebook vous le savez déjà : un homme sort précipitement de la clinique, s’arrête au niveau de ma voiture et me voilà encerclée par trois véhicules de Police. Finalement arrêté après un quart d’heure de discussion, ça m’a paru une éternité.

J-4 : on rassemble vaisselle et objets que nous ne pourrons emporter pour en faire don à une association qui les redistribuera à des familles de Vétérans.

J-3 : Les valises se remplissent trop vite, nous sommes obligés de prendre deux valises supplémentaires. Nous partirons avec sept valises sans compter les bagages à mains.

Barbecue et pool party avec deux familles avec qui nous avons sympathisé, derniers plongeons dans ce bel environnement et surtout… premiers adieux.

J-2 : les valises sont bouclées, nous les confions à nos amis Américains qui nous ont si gentillement accueillis durant toute cette année et nous hébergent pour notre dernière nuit car nous libérons notre appartement à J-1.

 

J-1 : et bien voilà, l’appartement est vidé. Nous avons rendu les clés. Un transporteur est passé chercher notre voiture qui repart d’où elle est arrivée l’été dernier : le Texas.

 

 

Demain, seize heures de voyage nous attendent.

Bye bye la vie calme à Beachwood, bye bye les gratte-ciel vertigineux de Cleveland, bye bye les produits Amish que j’ai adoré découvrir, bye bye biches, écureuils et chipmunks sous nos fenêtres. Bye bye nos nouveaux amis.

 

 

Alors à la question « sommes-nous heureux de rentrer en France », la réponse est OUI ! Oui mais tout de même triste de quitter l’Ohio.

Ce qui me fait peur dans les prochaines semaines ?

Vu sur le web, la grande tendance de l’expatrié français de retour au Pays serait le « post-expatum », la déprime quoi ! Le choc culturel inversé… moi la raleuse professionnelle serais-je choquée de retrouver d’autres congénères ? Car le Français est râleur parait-il. Ah non aux Etats-Unis, on ne râle pas.

Ainsi se referme notre parenthèse Américaine… (et c’est vraiment très étrange de l’écrire), mais le blog reste ouvert. Des billets à terminer, écrits il y a quelques semaines voire quelques mois. Un bilan sur la scolarisation aux Etats-Unis à venir et pourquoi pas un aussi sur notre retour !

 

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage… – Joachim Du Bellay.

 

Lire ou redécouvrir : nos 10 derniers jours en France et nos 10 premiers jours aux Etats-Unis (et quelques galères !).

Share

About Carine

4 comments on “Nos 10 derniers jours aux Etats-Unis

  1. 20 juin 2017 at 15 h 09 min

    bon courage pour le retour. je suis certaine que ca va bien se passer surtout quand on est content de rentrer avec une merveilleuse experience dans les poches. j’espere quand meme que tu continueras tes articles pourquoi pas sur les retours d’expat.

    • 23 juin 2017 at 0 h 42 min

      Merci Delphine ! Oui je pense faire quelques billets sur notre retour et j’ai une petite idée pour la suite du blog mais je dois voir l’évolution de certains projets à la fin de l’été (non, pas une autre expatriation ! 🙂 )

  2. 20 juin 2017 at 18 h 30 min

    Bon retour en France, et merci pour le partage des découvertes en Ohio 🙂

    • 23 juin 2017 at 0 h 43 min

      Merci à toi de m’avoir suivie 🙂

Laisser un commentaire